POUR LA DEFENSE DES SERVICES PUBLICS

Non à la suppression de 120 000 fonctionnaires
mardi 22 mai 2018
par  Webmestre FSU-71
popularité : 94%

La FSU, avec les neuf organisations syndicales représentatives dans la Fonction Publique, appelle l’ensemble des personnels des trois fonctions publiques, d’Etat,Territoriale et Hospitalière, à se mobiliser par la grève et les manifestations le 22 Mai 2018, pour défendre les services publics qui répondent aux besoins essentiels des usagers tout au long de leur vie.
Les annonces du Ministre Dussopt sur la Fonction Publique sont gravissimes : refonte du statut général de la fonction publique, recours au contrat plutôt qu’au statut, rémunération au mérite, fusion des CT et des CHSCT, limitations du rôle des CAP. Le programme "Action Publique 2022" vise à annoncer les missions dont l’Etat entend se désengager par abandon ou privatisation. Macron n’avait-il pas, en d’autres temps assuré que « le statut de la fonction publique n’était plus adéquat » ? Imposera-t-il, comme dans son adresse aux agents de mai 2017, "(...) que chaque établissement recevant du public – des commissariats aux préfectures en passant par les écoles, les mairies, les hôpitaux et les tribunaux – affiche ses résultats et rende des comptes sur la qualité du service qu’il dispense en fonction des réalités locales" au nom de la recherche de la performance ?
Les fonctionnaires sont-ils d’accord avec ça ?
Dans les écoles, les enseignants sont des professionnels formés. Pourtant le ministre vient jusqu’à leur dire quels cahiers ils doivent utiliser, quand et comment ils doivent circuler dans les rangs. Nous tenons à notre liberté pédagogique et ne voulons pas de la pensée unique d’un ministre idéologue. Par ailleurs, la réforme territoriale annoncée laisse se profiler le retour des EPLE. Les écoles doivent être gérées au plus près des usagers, avec des enseignants recrutés sur concours et des directeurs et directrices de terrain.
Dans le secondaire, les quatre réformes de l’accès à l’Université, du baccalauréat, du lycée général / technologique, de l’enseignement professionnel / apprentissage, sont cohérentes et dessinent un changement de nature profonde.
Alors que l’état s’apprête à transférer les Délégations Régionales de l’Office National d’Information sur les Enseignements et les Professions aux régions, mettant à mal la gratuité, l’objectivité, la validité, la neutralité des informations transmises pour l’orientation et l’insertion des jeunes, le ministère de l’éducation nationale vient d’annoncer aussi la fermeture des CIO !
Les fonctionnaires, les usagers sont-ils d’accord avec ça ?
La réforme du ferroviaire, dans un contexte de sous-investissement structurel dans le réseau, d’endettement chronique de la SNCF pour palier à ce sous-investissement, d’ouverture à la concurrence privée, est à la fois une remise en cause des services publics et un préalable à la réforme des retraites de 2019. Car la réforme des retraites qui s’annonce en 2019 sera également une réforme du statut, des statuts.
Quelle société dessinent ces réformes ? Les fonctionnaires sont-ils d’accord avec ces changements ? Sont-ils prêts à se mobiliser ?
« Dans ce pays dont le gouvernement ne masque pas la défiance qu’il nourrit à l’égard des services publics et de ce qu’ils représentent, nous partageons confusément le sentiment que le lien entre les fonctionnaires et l’état s’est abîmé et qu’il importe de le réparer. »,
Hélas, ne rêvons pas ! Les paroles réconfortantes sont destinées au clergé, pas au service public ou aux fonctionnaires !
Pourtant, oui, il importe de restaurer, de pérenniser des services publics de qualité, disposant de moyens humains et matériels suffisants, indispensables pour préparer l’avenir et le développement durable économique, social et environnemental du pays.
- pour un service public de l’éducation, de qualité et accessible à tous les enfants
- pour des relations de solidarité par la redistribution des richesses et notamment la progressivité de l’impôt
- pour des mécanismes de cohésion économique, sociale (minimas sociaux), territoriale (péréquation) générationnelle (sécurité sociale , retraite)
- pour l’accès au service public de santé sans discriminations.
Dans le cadre de son mandat pour une société plus égalitaire, la FSU agit pour une politique de développement des services publics ambitieuse, et des choix budgétaires qui permettent sa mise en œuvre. La FSU appelle les agent-e-s et les usagers à dire leur rejet des projets mortifères de suppression de 120 000 emplois et de recours accru à la contractualisation des embauches, projets qui ne peuvent qu’aggraver encore les conditions de travail des agents et réduire la qualité du service rendu. Ces remises en cause du statut de la fonction publique, associées à la politique d’individualisation de la rémunération (salaire au mérite, parts variables) et de gel du point d’indice depuis plusieurs années démotivent les agents et réduisent l’attractivité de nos emplois : de plus en plus de postes ne sont pas pourvus, faute de candidats aux concours. Elle s’oppose à la mise en cause des CAP et à la suppression des CHSCT
La FSU exige qu’un réel dialogue social s’instaure enfin avec les représentant-e-s des personnels et leurs organisations syndicales ce qui suppose l’arrêt de toutes pratiques discriminatoires à leur encontre et le respect du droit syndical pour les agent-e-s et leurs représentant-e-s.
La FSU appelle à la mobilisation des agents et des usagers pour la défense des services publics et des valeurs qu’ils incarnent : LAÏCITÉ, ÉGALITÉ, GRATUITE, INDÉPENDANCE, SOLIDARITÉ.
Affaiblir les services publics, c’est porter atteinte à l’égalité de tous et toutes sur le territoire, c’est tourner le dos au principe de solidarité, d’égalité qui fondent l’organisation de la société. C’est à l’opposé du projet de société que porte la FSU. 
Aujourd’hui, le gouvernement reste sourd et méprisant, tout autant sur les revendications que sur les propositions faites notamment par les organisations syndicales. 
Dans ce contexte, la FSU appelle à participer à la mobilisation citoyenne du 26 mai prochain pour rassembler les colères, faire valoir des alternatives à ces politiques libérales, porter les revendications sur le financement et le développement des services publics et un autre projet de société. Elle appelle le mouvement syndical à se retrouver pour construire et faire valoir des alternatives aux politiques en cours. 
Dans la fonction publique, cela passe aussi par
- l’abrogation de la journée de carence
- la fin du gel du point d’indice
- l’amélioration des déroulements de carrière
- le respect des engagements de l’Etat en matière d’évolution de carrière


Contact

FSU Saône-et-Loire


2 rue du Parc
71100 CHALON-SUR-SAÔNE


Tél : 03 85 43 69 69
Mél : fsu71@fsu.fr

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

28 septembre 2007 - fiers du service public

http://www.fiers-du-service-public.fr/

2007 - Nous joindre

Section Départementale de Saône et Loire
2 rue du Parc
71100 CHALON-SUR-SAÔNE
Secrétaire (...)